Léonard de Vinci et l’écriture

25/10/2019
Léonard de Vinci et l’écriture

Archétype du génie humaniste, Léonard de Vinci est surtout connu pour sa peinture. En tant qu’ingénieur, philosophe et poète, il nous a également légué une profusion d’écrits qui témoignent d’un rapport particulier et fascinant à l’écriture.

 

La Renaissance, période charnière dans l’histoire intellectuelle, technologique et artistique de l’Occident, puise dans les Arts et les Lettres de l’Antiquité pour trouver de nouveaux modèles de pensée et d’existence. Le courant humaniste prône l’éducation et la culture afin de faire de l’Homme un être libre doté de pensée critique. C’est aussi l’époque de la création de l’imprimerie en Occident, qui permettra une plus grande accessibilité à la connaissance.

 

En ce qui concerne l’écriture, c’est l’époque du style humanistique. Les savants de la Renaissance rejettent l’écriture gothique de la fin du Moyen-Âge, qu’ils considèrent comme « barbare ». Dans une tentative de retourner aux formes « pures » de la culture gréco-romaine antique, ils fondent leur nouveau modèle d’écriture sur des manuscrits de textes antiques. Leur forme sobre et lisible, correspond aux canons et aux idéaux recherchés par les humanistes.

 

Dans ses très nombreux carnets (on parle de quelques treize mille pages), Léonard de Vinci a rédigé et dessiné toutes sortes d’observations, de réflexions sur la peinture, d’inventions techniques, d’études scientifiques sur des phénomènes naturels.

 

Son écriture est une minuscule humanistique dans sa version cursive, donc plus penchée et plus liée, adaptée à une inscription rapide. Mais elle possède surtout la caractéristique d’être inscrite de manière inversée, c’est à dire de droite à gauche, comme vue dans un miroir. Deux hypothèses sont proposées pour expliquer ce fait insolite. La première voudrait que ce soit une stratégie de Léonard de Vinci pour rendre ses écrits difficiles à déchiffrer. Cette hypothèse est considérée comme peu satisfaisante par les spécialistes. La seconde hypothèse est plus pragmatique. Léonard de Vinci cherchait à s’affranchir des contraintes en expérimentant sans cesse de nouvelles solutions. On sait que Léonard de Vinci rédigeait de la main gauche. L’écriture en miroir pourrait donc avoir été un simple choix pratique : l’inversion du sens des lettres et la direction d’écriture de droite à gauche demandent moins d’effort à la main gauche et évitent le frottement du poignet sur l’encre encore humide.

 

Les carnets de Léonard de Vinci sont composés de feuillets de papier, fabriqués à cette époque à partir de chiffons de chanvre ou de lin.

Découvrir le Carnet

Haut de page